À propos

Marie Wabbes est née à Bruxelles en 1934, elle étudie l’illustration et la gravure à La Cambre, École nationale supérieure des Arts visuels à Bruxelles. Elle collabore pendant quinze ans au journal Le Soir (1953-1968) sous le pseudonyme de Florence. Elle écrit et dessine dans le supplément jeunesse du quotidien et illustre des reportages.

En 1960, elle épouse l’architecte d’intérieur Jules Wabbes. Ils auront quatre enfants qu’ils élèvent à la campagne dans une grande maison, entourés d´animaux.
En 1965, elle illustre Olivier le Page, le premier d’une série de neuf titres retraçant la vie des enfants d’un autre temps. Les albums sont publiés à l’École des Loisirs à Paris. Toujours sous le pseudonyme de Florence, elle illustre les histoires de La vache Caroline de Jean le Paillot, publiées également à l’École des Loisirs.

Elle voyage en Angleterre et aux États Unis où ses albums sont publiés. En 1986, elle expose à la galerie Pierre Vanderborgt, à Bruxelles, 42 portraits de vieux ours en peluche. D’autres expositions suivront à Paris, Londres et New-York.

Elle écrit et illustre des albums pour enfants publiés chez Flammarion, Gallimard Jeunesse et La Martinière à Paris. Elle travaille en Grande-Bretagne pour Walker Books, un des éditeurs indépendants les plus importants de la littérature de jeunesse. Elle crée pour Walker une série dont le héros est un petit lapin, albums cartonnés pour les tout petits, et une autre série avec le cochon Rose. Les albums, qui sont un succès, seront traduits et publiés en français par les éditions du Sorbier.

Après avoir conçu des livres destinés aux enfants africains pour l’éditeur De Boeck, elle met sur pied des stages de formation au métier d’illustrateur pour de jeunes artistes africains en RDC et au Cameroun. Elle fonde la section francophone de l’IBBY en Belgique.
En 2006, elle reçoit le premier prix de la Communauté française pour son apport à la littérature de jeunesse et l’ensemble de son oeuvre.

Fin 2014, elle a publié plus de 200 livres et albums. Elle reçoit en décembre 2014 le prix Scam jeunesse pour l’ensemble de son œuvre.

En 2015 elle prépare une exposition restrospective pour ses 50 ans d’illustration. Cette exposition retrospective, Images d’enfance, fut présenté à la Wittockiana mit 2016.

En novembre de cette même année, son livre Petit Doux n’a pas peur remporte le 1er Prix UNICEF de littérature jeunesse catégorie 0-6 ans, sous le thème de la protection des enfants.

Elle est nominée chaque année depuis 2015 pour le prix Astrid Lindgren.

En 2017, elle expose à la maison communale de Lasne, en Belgique, ses portraits d’ourses en peluches.

A l’invitation du Ministre de la Culture Camerounais, elle anime des ateliers d’illustration à Yaoundé dans le cadre du salon du livre de Yaoundé, en 2016 et en 2018. Elle initie le projet Yanou a le palu, par Vincent Nomo aux éditions Akoma Mba, qui parle de la culture de l’artemisia comme remède contre le paludisme.